jeudi 3 mars 2016

Volumes


Ce nuage qui frise sur le dessus, cette vague que les mécaniciens des fluides nomment Kelvin Helmoltz, on la distingue mal...




Contraster l'image apporte peu, les couleurs ne devenant guère attrayantes.




Donc, le noir, gris et blanc sont les seuls à montrer et le volume et les finesses des vapeurs.
 





dimanche 14 février 2016

Une tout autre histoire

Le ciel, au lever du jour, était flamboyant.
On se perdait dans la couleur. Ces teintes chaudes qui vous émerveillent sans qu'on sache bien pourquoi.



La tête refroidie, on voit bien que la structure est tout aussi intéressante....



Là, par exemple, on ne voit pas bien que cette bande grumeleuse est une voie lactée. 
 


Des centaines de tétons.


Des mammatus à peine formés, serrés les uns contre les autres.





dimanche 7 février 2016

Rayons pénétrants




Jusqu'ici, je n'avais utilisé les puissants outils que fournit un ordinateur grand public que pour corriger les écarts rajoutés à mon souvenir par la prise de vue. Mais on peut aussi rendre plus visible ce qu'un éclairage trop diffus, trop insuffisant, ou un regard peu entrainé, empêche de voir. On peut ainsi radiographier un nuage, ou plutôt son image, et en révéler la structure. Exemple, ces nuages bas, ourlés de mammatus.


ou:


qui devient:

  
et encore
 



dimanche 10 mai 2015

Miracle




Miracle de l'eau
changée en couleurs pures!
Pluie indigo.

lundi 10 novembre 2014

Brouillard révélateur

Le brouillard révèle
les doigts du soleil
qui fourrage dans les arbres.






mardi 30 juillet 2013

Méduses célestes

Une manière élégante pour un nuage de disparaître lentement est de s'effilocher en virgas.



Les petites masses blanches essaient de s'alléger.


Méduses de plein ciel.




Du nuage fondu ne restent que deux ou trois grumeaux.





Efforts vains pour toucher la cime des arbres.











jeudi 28 mars 2013

Oeil et photo


J'ai pris cette photo pour les couleurs, celle, dense, indécise, que le soleil étalait à l'ouest, et celle, verdâtre du nuage au dessus des toits.


Verdâtre, oui, et le capteur de l'appareil n'a pas pu la saisir.


Je n'ai que mon souvenir de cette teinte inhabituelle.


Et en regardant les photographies, je découvre ce que je n'ai pas vu en les prenant, ces  croisements de lignes des premiers tableaux abstraits.