mercredi 6 septembre 2017

Orage latent




Tout l'après midi, les cumulus s'étaient activés, ce n'étaient plus ces gentils patapoufs que le vent pousse de-ci de-là, ils se boursouflaient, bourgeonnaient, enflaient, de violents vents circulant en leur sein.
La lumière écrasait leurs reliefs, noyait dans le lait leurs surfaces, effaçait leurs volumes.
On devinait cependant ce qui se préparait, bien qu'il n'y eût pas encore d'éclairs.
Une énorme masse blanchâtre s'imposait au dessus des arbres de l'allée.
En suspension sur les jets d'air comprimé qui s'échappaient du nuage en ascension, s'étalait une nappe de glace, rapidement engloutie par le nuage qui venait de la créer.
Des nuages effilés, fonçant le long de son flanc, croisaient son mouvement.
Ce tumulte silencieux ressemblait à un rideau de théâtre qui ne se déciderait pas à se lever, ou plutôt à un écran attendant une projection.
Le spectacle ne vint réellement que lorsque les clichés furent révélées par les outils du photographe.











1 commentaire:

Maurice Diu a dit…

D'évidence je n'aurai pas sorti mon parapentum ce jour-là...car comme l'a si bien dit Confucius
"Abondance de champignons crée la confusion, attention au mortel.."