dimanche 26 avril 2009

L'avantage

de l'amateur de nuages sur l'amateur de couchers de soleil ou de biches au bois, c'est qu'il est heureux du matin au soir, pourvu qu'il ne vive pas sous un ciel d'été grec.
Les autres amateurs de spectacles naturels doivent se résigner à attendre le moment et l'endroit propices.
Par exemple, c'est quand le soleil est couché, quand le touriste a fini de photographier au flash l'horizon et s'en retourne pensif à l'hôtel, qu'apparait le ciel mauve. L'amateur, qui s'est déjà réjoui des détails du couchant, reste à l'affût.

Et s'il attend encore un peu plus, il peut voir ceci:





Là, il peut s'en retourner le cœur content.

5 commentaires:

mumu a dit…

mais oui papa, tu es un professionnel des couchers de soleil et de nuages, et de lumières.

Burdelorme a dit…

Et non, tu ne seras jamais invité à un dîner pour raconter tes passions du nez en l'air...

Coucouville les Nuées a dit…

peut-être pas un dîner, mais une terrasse de café, qui sait?

Rose Chiffon a dit…

Il ne m'en faut pas plus pour deviner la femme girafe (celle avec les tiroirs qui brûlent) dans le dernier tableau.

Coucouville les Nuées a dit…

J'avais déjà des références picturales pour certains ciels, mais pas encore Dali...
Merci!